jeudi 12 octobre 2017

Thomas Sankara (1949 - 1987)

Il y a tout juste 30 ans, le 15 octobre 1987, disparaissait Thomas Sankara, président du Burkina Faso, l'ancienne Haute-Volta dont il avait changé le nom. Son assassinat, qui demeure encore non élucidé, mettait fin à une expérience unique et au retentissement important en Afrique comme dans l'ensemble des pays du sud. Naturellement, Thomas Sankara est tout de suite devenue une icône que les artistes revendiquent comme un héros. Avant de vous présenter une sélection de titres à sa mémoires dans différents styles musicaux, retour sur l'histoire du Burkina Faso et de Thomas Sankara.

En 1897, le royaume mossi de Ouagadougou devient un protectorat français, à partir duquel les troupes coloniales organisent la conquête de la majeure partie de l'actuel Burkina Faso. En 1904, ces territoires intègrent l'AOF (Afrique occidentale française) en tant que colonie du Haut-Sénégal-Niger.
 [Public domain], via Wikimedia Commons


La Haute Volta accède à l'indépendance le 5 août 1960. Le jeune pays connaît aussitôt une grande instabilité politique puisque entre 1966 et 1987, il subit pas moins de 5  coups d'états! Sans accès à la mer, ce petit territoire enclavé de l'Afrique de l'ouest se situe aux marges du Sahel. Le pays dispose de peu de ressources (un peu d'or et de coton) et d'une population souvent considérée par les pays voisins comme un vivier de main d’œuvre bon marché. 
Au cours des décennies qui suivent l'accession à l'indépendance, la pauvreté reste le lot quotidien de l'écrasante majorité des habitants qui ne survivent que grâce à une agriculture vivrière soumise aux aléas climatiques. La malnutrition et l'analphabétisme affectent alors un très grand nombre de Voltaïques.

Le 25 novembre 1980, le colonel Zerbo s'empare du pouvoir. En septembre 1981, Thomas Sankara, un jeune gradé, est nommé secrétaire d'état à l'information. (1) Quelques mois plus tard, il démissionne de ce poste avec fracas. "Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple" prévient-il alors. En novembre 1982, le médecin militaire Jean-Baptiste Ouedraogo fomente un coup d'état à la tête d'une coalition formée de différentes forces de gauche. Le groupe des jeunes officiers mené par Sankara ne semble pas avoir pris part au putsch, mais la popularité du jeune capitaine est telle que Ouedraogo le nomme premier ministre en janvier 1983. Dès ses premiers discours, Sankara fustige les ennemis de la Haute-Volta: les bourgeois qui profitent du système, les politiciens corrompus et l'impérialisme néo-colonial qui vampirisent l'Afrique. Ces prises de position radicales heurtent rapidement le courant présidentiel plus disposé au compromis. Le 17 mai 1983, quatre mois seulement après avoir été nommé, Sankara et ses proches sont arrêtés et emprisonnés. Le pouvoir en place redoute sans doute que les idées de Sankara n'essaiment au delà du pays et ne finissent par mettre à mal l'influence française en Afrique de l'Ouest. De grandes manifestations spontanées, formées par la jeunesse citadine dénoncent les arrestations.
Sankara sort finalement de prison à la faveur du soulèvement d’une partie de l’état-major voltaïque. Le conseil national de la révolution prend alors le pouvoir. Sankara devient président de la Haute-Volta. 

Mosquée de terre à Bani, Burkina Faso. Par Adam Jones, Ph.D. (Travail personnel) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

* Président du Burkina Faso (1983-1987)
Le nouveau chef d’État, seulement âgé de 34 ans, entend agir vite. Soucieux de s'affranchir de la toponymie coloniale, il rebaptise la Haute-Volta en Burkina Faso, "le pays des hommes intègres", mots empruntés au mooré, la langue parlée par les Mossi. Le nouveau nom associe aussi le dioula puisque Faso signifie "territoire" dans cette langue. Et l'adjectif invariable qui désigne les habitants du pays emprunte sa structure à la langue peule. Une manière pour lui de dépasser les clivages traditionnels de la société dont son identité mêlée est le symbole, sa mère étant mossi et son père peule .
Afin d'assainir les finances nationales, Sankara diminue le train de vie du gouvernement, remplaçant par exemple le parc de Mercedes ministérielles par des R5. Il convient dès lors pour les hauts fonctionnaires et les cadres dirigeants d'afficher des signes extérieurs de pauvreté. Lui-même ne se paye que modestement.  Dans le même temps, il réduit également les salaires des fonctionnaires qui représentent alors 75% des dépenses du budget de l’État. 
Les autorités sankaristes entreprennent la nationalisation des terres et abolissent les redevances et corvées dont bénéficiaient encore les chefs coutumiers. Pour relayer sa politique, le pouvoir crée dans chaque quartier, chaque village, chaque usine, des comités de défense de la révolution dont les représentants sont élus par la population. Afin d'encourager le développement d'une économie nationale, on cherche à valoriser les cultures vivrières et les industries locales dans le but d’accéder à l’autonomie plutôt que de dépendre de l'aide alimentaire. Pour Sankara, "celui qui vous donne à manger vous dicte ses volontés [...] Ils y en a qui demandent: mais où se trouve l'impérialisme? Regardez dans vos assiettes. Quand vous mangez les grains de mil, de maïs et de riz importés, c'est ça l'impérialisme, n'allez pas plus loin.
Le slogan "consommons burkinabè" devient un impératif. Pour encourager la production du textile locale, le port d'une tunique de coton aux motifs traditionnels, le faso dan fani, devient obligatoire dans les administrations.

Parallèlement, Sankara lance de vastes travaux de construction de logements et de barrages, des programmes d'irrigation, des plans de reboisement pour enrayer la désertification, enfin la construction de route afin de désenclaver le pays. Sankara se targue de défendre les intérêts du peuple, aussi engage-t-il un processus accès sur les besoins essentiels des populations. Des campagnes de vaccination de masse immunisent près de 3 millions d'enfants contre des maladies mortelles, tandis que des cours d'alphabétisation sont prodigués aux adultes. 
 Sankara mène une politique active en direction des femmes. Il nomme plusieurs d'entre elles ministres. Surtout, il entend remettre en cause les valeurs patriarcales et phallocrates qui font des femmes d'éternelles mineures. En visite dans un lycée, il affirme: "Ici aussi il faut que nous commencions à nous débarrasser de l'éducation féodale qui nous a dit que le garçon était au-dessus de la fille. A l'école même, quand les filles sont en grossesse (...) on les renvoie, on les exclut. On ne cherche même pas à savoir si le partenaire avec lequel elle a eu la grossesse ne se trouve pas par hasard dans la classe. Et même si il s'y trouve, on le laisse, lui, le garçon. Donc le garçon peut faire autant d'enfants qu'il veut. Dès la sixième si il veut il commence à faire des enfants jusqu'à la terminale. On ne le renverra jamais, mais la fille, même si elle est à un jour de son bac, elle fait un enfant. Allez hop, renvoyée. 
Il faut  une éducation sexuelle, apprendre aux filles et aux garçons, chacun, à connaître les dangers, les risques de tel ou tel acte, et aussi les méthodes pour se contrôler et éviter de tomber dans les complications."
L'excision devient illégale. 

Dans ses harangues, "Thom Sank" dénonce le modèle consumériste néocolonial. Lors de la conférence internationale sur l’arbre et la forêt, à Paris en 1986, le dirigeant burkinabé  martèle : « la plus grande difficulté rencontrée est constituée par l’esprit de néo-colonisé qu’il y a dans ce pays. Nous avons été colonisés par un pays, la France, qui nous a donné certaines habitudes. Et pour nous, réussir dans la vie, avoir le bonheur, c’est essayé de vivre comme en France, comme le plus riche des Français. Si bien que les transformations que nous voulons opérer rencontrent des obstacles, des freins. »
Sankara se réclame du programme panafricaniste formulé par NKrumah, en tentant par exemple de créer un front panafricain contre la dette, considérée comme illégitime.
"La dette ne peut pas être remboursée parce que si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre, si nous payons, c'est nous qui allons mourir. Soyons en sûr également", assène-t-il à Addis Abeba, en 1987, devant les chefs d’États africains réunis dans le cadre de l'OUA (Organisation de l'Unité africaine).

Sankara à la tribune de l'ONU.

Le 4 octobre 1984, le président du Faso s'adresse à l'Assemblée générale des Nations Unies.  "Nul ne s’étonnera de nous voir associer l’ex Haute-Volta, aujourd’hui le Burkina Faso, à ce fourre-tout méprisé, le Tiers Monde, que les autres mondes ont inventé au moment des indépendances formelles pour mieux assurer notre aliénation culturelle, économique et politique. Nous voulons nous y insérer sans pour autant justifier cette gigantesque escroquerie de l’Histoire. Encore moins pour accepter d’être "l’arrière monde d’un Occident repu".
En même temps qu'il le fait entrer sur la scène internationale, ce discours détonant fait grincer les dents de tous ceux que Sankara fustige: le FMI et la Banque mondiale, les Etats-Unis, Israël, l’Afrique du sud et la France néocoloniale. Ses critiques acerbes isolent le Burkina Faso des pays limitrophes restés très liés à l'ancienne métropole à l'instar de la Côte d'Ivoire voisine. 
 
 Les autorités françaises redoutent que le bouillonnant capitaine ne finisse par mettre le feu à leur pré-carré néo-colonial. En quête d'argent et d'armes, Sankara se rend d'ailleurs à Cuba, en URSS. D'aucuns redoutent alors que le Burkina ne devienne un nouveau foyer révolutionnaire marxiste fermé aux intérêts français comme le furent précédemment le Bénin de Kérékou ou le Congo de Marien Ngouabi. Les relations avec la France sont donc  orageuses. (2) La visite officielle de François Mitterrand à Ouagadougou, le 17 novembre 1986, témoigne des vives tensions entre les deux pays. Pour l'occasion, Sankara a bien pris soin de faire décrocher la banderole "A bas le colonialisme" à l'aéroport, mais le discours qu'il prononce à l'occasion d'une conférence de presse irrite fortement le président français. Le capitaine y flatte tout autant qu'il égratigne la personnalité de François Mitterrand. Furieux, ce dernier rétorque à propos de son homologue burkinabé: "C'est un homme un peu dérangeant le président Sankara. C'est vrai, il vous titille, il pose des question. Avec lui, il n'est pas facile de dormir en paix. Il ne vous laisse pas la conscience tranquille. Je suis comme lui, il dit ce qu'il pense, je le dis aussi. Je trouve que dans un certain nombre de ses jugements, il a le tranchant d'une belle jeunesse, le mérite d'un chef d'état totalement dévoué à son peuple. Et moi j'admire ses qualités qui sont grandes, mais il tranche trop; il va plus loin qu'il ne faut. A mon avis hein. Qu'il me permette de lui parler du haut de mon expérience." A ce moment là, Mitterrand tapote l'épaule de Sankara, assis devant lui...


 


* Quel bilan peut-on dresser de l'action de Sankara à la tête du Burkina Faso?
Brillant rhéteur, Sankara est parvenu à dénoncer avec force sur la scène internationale le problème de la dette, des rapports inégaux entretenus par les grandes puissances et les pays africains ou encore la persistance de relations néocoloniales entre les jeunes États et leurs anciennes métropoles. Pour beaucoup, Sankara conserve la posture de l'homme debout, droit, intègre. Il reste celui qui a résisté aux colons et a su tenir à distance les "envahisseurs occidentaux". 
A l'intérieur du pays, les conditions de vie et la situation sanitaire des milieux les plus populaires s’améliorent un peu au cours de son "règne", mais ces résultats sont obtenus de manière autoritaire. Car, pour parvenir à ses fins, Sankara ne lésine pas sur les moyens quitte à utiliser les armes classiques du dictateur. Arrivé au pouvoir à la faveur d' un coup d'état pur et simple, le président a recours à un comité de défense de la révolution, sorte de milice révolutionnaire qui fait régner la terreur dans le pays. Les "tribunaux populaires de la révolution", stipendiées et missionnées par le pouvoir, accusent et humilient en direct devant les caméras de la télévision d’État d'anciens dirigeants voltaïques. Les avocats y sont interdits et c'est à l'accusé de prouver son innocence... 
De même, certaines mesures louables au départ s'avèrent perverses et finissent par se retourner contre leurs bénéficiaires. C'est le cas du "déguerpissage". Censé débarrasser la capitale de ses bidonvilles, la mise en application du programme se fait avec brutalité, sans que les habitants pauvres des quartiers informels ne soient indemnisés.
Au bout du compte, les timides progrès économiques peinent à compenser l’absence de libertés; les mécontents se font plus nombreux et viennent grossir les rangs des ennemis de Sankara. Or il n'en manque pas, qu'il s'agisse des chefferies traditionnelles destituées, des classes moyennes et aisées malmenées, des dirigeants des pays voisins qui redoutent une contagion révolutionnaire depuis le Burkina, de la cellule africaine de l’Elysée ou encore de ses anciens amis révolutionnaires cherchant à se faire une place au soleil…
Le 15 octobre 1987, le président du Burkina Faso, Thomas Sankara, est assassiné, ainsi qu'une quinzaine de ses collaborateurs. Son acte de décès est alors inscrit comme une "mort naturelle". Le coup d’état porte au pouvoir l'ancien bras droit de Sankara, son ami de toujours: Blaise Compaoré. Le temps de la "Rectification" (de l'idéal politique de Sankara) peut commencer.
Le rêve de Sankara de mettre un terme aux rapports néocolonialistes entre la France et certains pays d'Afrique de l'ouest n'est toujours pas exaucé; la devise monétaire du Burkina se nomme toujours le franc CFA, fabriqué ... en France!
La chute de Blaise Compaoré en 2014 a ravivé l'espoir que la lumière soit faite sur son assassinat mais les difficultés de la transition ne l'ont pour l'instant pas permis. Les blocages persistent au Burkina comme en France.

By Sputniktilt (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
 
* Un mythe en musique
La mort violente, le panache et le verbe de Sankara contribuent à la création d'un véritable mythe. Certaines de ses idées restent plus que jamais d'actualité  telles que la priorité aux biens publics, le panafricanisme, la recherche de l'autonomie alimentaire, matérielle et culturelle, la critique de la notion de "développement"... Comme d'autres héros des indépendances africaines avant lui, Sankara souhaitait rompre nettement avec l'ancienne métropole, instaurer une indépendance véritable sur les plans politique, économique et culturel. Pour le capitaine, il est en effet crucial de s'affranchir de la "colonial mentality" comme le réclamait également Fela Kuti dans un titre éponyme. (3)
Aussi dès son accession au pouvoir, Sankara accorde une grande attention à la culture, tout particulièrement à la musique. Mélomane, le capitaine est aussi un musicien. Au cours des années 1970, il a joué de la guitare dans plusieurs formations telles que le Missile Bande de Pô qui égayait les soirées du Centre national d'entraînement commando, ou au sein du Tout-à-Coup Jazz. Dans les deux cas, il partage la scène avec Compaoré, toujours lui...
Une fois à la tête de l'Etat, Sankara s'inspire de la politique culturelle de Sékou Touré auquel il emprunte l'idée de grands orchestres musicaux vantant les louanges du régime. C'est ainsi qu'apparaissent en 1983, les Colombes, un groupe féminin, et les Petits chanteurs aux poings levés. Les deux formations deviennent les ambassadrices musicales de la Révolution lors de la venue d'hôtes prestigieux au Faso ou à l'occasion de tournées internationales dans les pays amis (Cuba, Libye, Togo, Congo). Colombes et Petits chanteurs ne survivent pas à la chute de Sankara.
Mort et enterré, ce dernier n'en continue pas moins d'inspirer les artistes qui cherchent à entretenir l'héritage et les idéaux du grand homme à l'instar du rappeur Smockey ou du reggaeman Sams'k Le Jah. D'ailleurs, les deux musiciens sont les principaux animateurs du Balai citoyen, un mouvement issu de la société civile qui contribua à chasser du pouvoir Blaise Compaoré en octobre 2014, après 27 ans d'un règne sans partage. 
Depuis 30 ans, artistes et musiciens ne cessent dans leurs compositions de rendre hommage au capitaine. En 2003, Souleymane Ouedraogo, alias Basic soul propose une relecture du Hasta Siempre de Carlos Puebla, dédiée à "Tom Sank". D'autres incorporent parfois dans leurs morceaux des extraits de discours de Sankara. Nous vous proposons ci-dessous une sélection de quelques hommages musicaux au plus célèbre des Burkinabè:



1. JP Manova: "Sankara" 
Un rappeur aussi doué que rare, plus connu pour ses featuring que pour ses propres titres. Il a pourtant sauté le pas récemment, notamment avec ce titre qui donne la parole à Thomas Sankara. Le titre incorpore plusieurs extraits du  discours prononcé le 29 juillet 1987 devant l'OUA: "Du reste, les masses populaires en Europe ne sont pas opposées aux masses populaires en Afrique mais ceux qui veulent exploiter l'Afrique, ce sont les mêmes qui exploitent l'Europe ; Nous avons un ennemi commun. (...) On nous demande aujourd'hui d'être complices de la recherche d'un équilibre, équilibre en faveur des tenants du pouvoir financier, équilibre au détriment de nos masses populaires. Non, nous ne pouvons pas être complices, non, nous ne pouvons pas accompagner ceux qui sucent le sang de nos peuples et qui vivent de la sueur de nos peuples, nous ne pouvons pas les accompagner dans leur démarche assassine. (...) La bible, le coran, ne peuvent pas servir de la même manière celui qui exploite le peuple et celui qui est exploité ; Il faudrait alors qu'il y ait deux éditions de la bible et deux éditions du coran."
2. Smockey and Awadi: "Président" 
Deux rappeurs africains parmi les plus connus nous rafraichissent la mémoire. Didier Awadi est Sénégalais et nous a habitué à des morceaux engagés. Smockey est Burkinabé, pionnier du rap dans son pays, et a joué un rôle non négligeable dans la révolution qui a renversé Compaoré en 2014. Il est avec Sams’K Le Jah, musicien reggae, le fondateur en 2013 du mouvement politique Le Balai citoyen. Grands admirateurs de Sankara, ils nous font entendre un extrait du discours d'investiture comme premier ministre en janvier 1983. "En un mot, je voudrais vous dire que nous ne devons pas tenir le peuple en respect, mais réserver tout le respect au peuple."
3. Gaël Faye: "Charivari". Rappeur et écrivain de la complexité des identités, Gaël Faye ne pouvait pas ne pas évoquer Thomas Sankara dans son premier album solo. D'autant plus qu'il s'agit pour lui de mettre le "charivari" et de secouer les certitudes des dominants. Donnant la voix aux opprimés, il mentionne, parmi d'autres, le capitaine Sankara.
 4. Kery James (avec Lino, Youssoupha): "Musique nègre"
Dans un morceau militant-coup de poing (mais quel morceau de Kery ne l'est pas ?), le rappeur convoque les grandes figures de la lutte des noirs pour la liberté et l'égalité. Il s'agit de répondre au dirigeant de Radio Courtoisie ayant parlé de la "musique nègre". Dans ce morceau collectif, le même Youssoupha apparait habillé de différentes manières. L'un de ces couplets est délivré dans l'uniforme de Sankara avec son fameux béret rouge. Une nouvelle fois, Kery et Youssoupha puisent dans l'histoire des noirs en Amérique, en Europe et bien sûr en Afrique.
5. Debademba: "Thomas Sankara". Ce bel instrumental s'ouvre sur un autre extrait du discours prononcé devant l'OUA: "Alors, chers frères, avec le soutien de tous, nous pourrons faire la paix chez nous. Nous pourrons également utiliser ses immenses potentialités pour développer l'Afrique parce que notre sol et notre sous-sol sont riches. Nous avons suffisamment de bras et nous avons un marché immense, très vaste du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest. Nous avons suffisamment de capacité intellectuelle pour créer ou tout au moins prendre la technologie et la science partout où nous pourrons les trouver."
6. Alpha Blondy: "Sankara". Plus que d'un hommage, il s'agit ici d'un constat. Le péché originel du régime fut le recours à la violence, aussi pour le reggaeman ivoirien "ce sont tes baramogo qui t'ont dja [Ce sont très propres copains qui t'ont tué] / Un coup d'état entraîne toujours un autre coup d'état / et les frères d'armes deviennent tôt ou tard des ennemis/ le pouvoir se prend toujours par les urnes / et pas par les armes"
7. Nul n'est prophète en son pays. Le Burkinabé Sams'k Le Jah déplore le silence entretenu par les autorités dès qu'il s'agit de Sankara, alors même que Mandela, Lumumba et les autres grands leaders africains sont célébrés dans leurs pays respectifs. Le morceau se termine par le slogan du capitaine: "La patrie ou la mort nous vaincrons".
8. Youssoupha:"Noir désir". Originaire de la RD Congo et fils du grand musicien Tabu Ley Rochereau (prince de la rumba congolaise), le rappeur Youssoupha chante ici ses héros africains, à commencer par le psychiatre et penseur Frantz Fanon puis Thomas Sankara.
"Et comment notre Histoire peut être corrigée
Quand on a les religions des gens qui nous ont colonisés ?
Récupérez vos Voltaire et vos Guevara
Mon Histoire est écrite par Frantz Fanon et par Sankara
On y arrivera malgré les différences et les enclaves
C'est l'histoire d'un peuple au cœur de roi et au sang d'esclave
"

Dans une figure souvent répétée dans le rap, il s'agit d'écarter les héros imposés par l'Occident au profit de héros noirs dans lesquels il se reconnaît.


                                                                                                                                          Aug et Blot

Notes:
1. Fils de gendarme auxiliaire, Thomas Sankara naît en 1949. Il fait partie de la petite poignée d'enfants de Haute-Volta a pouvoir suivre des études secondaires en tant qu'élève officier dans un lycée militaire. Il suit une formation militaire dans la base pour parachutiste de Pô. Il y est adulé par les jeunes militaires. En 1974, lors de la guerre opposant le Mali et la Haute Volta, le jeune militaire se lie d'amitié à Blaise Compaoré avec lequel il partage une vision anti-impérialiste pour l'Afrique et l'idée que seule une révolution peut amener le peuple à prendre son destin en main. Les deux hommes forment alors le Groupement des officiers communistes. Sankara, en formation à Madagascar en 1972, y a assisté à la révolution étudiante et ouvrière qui a mis fin au régime de Tsiranana, allié des Français. Ce moment l'a profondément marqué.
2.  Alors que la plupart des chefs d’État africains des anciennes AOF-AEF accourent à La Baule pour les sommets France-Afrique, Sankara, lui, déserte.
3. En 1992, Fela Kuti dédie l'album Underground System à Sankara. Ce dernier avait d'ailleurs invité le maître de l'Afrobeat au Burkina Faso, en 1987.
 

Sources:
- Elikia M'Bokolo: "Afrique noire. histoire et civilisations", Hatier, 2004.
- "Afrique, une histoire sonore1960-2000". Une sélection des archives de RFI et de l'INA présentée par Philippe Sainteny et Elikia M'Bokolo, chez Frémeaux et Associés.
- Marie Cissako: "Que reste-t-il de Thomas Sankara?, in Offensive n°26, mai 2010.
- Affaires sensibles: "Thomas Sankara: la patrie ou la mort". 
- Jean Ziegler et Thomas Sankara, Le discours sur la dette, L'esprit du temps, 2014

Liens:
- De nombreux ressources sur les hommages musicaux à Thomas Sankara
The Guardian: "Jazz, rivalry and revolution: Burkina Faso recalls spirit of Sankara.

mercredi 27 septembre 2017

Chansons anarchistes 1/4: "La Ravachole"



L'anarchisme est une théorie politique qui réclame l'abolition définitive de toute forme d'autorité, laquelle ne vise pour les libertaires qu'à assurer la puissance de quelques privilégiés. Au cours du dernier tiers du XIXème siècle, les épouvantables conditions d'existence du monde ouvrier nourrissent le succès de l'anarchisme. Instabilité économique, épuisement physique et chômage sont alors le lot quotidien du prolétariat. Cette situation intolérable conduit les partisans de l'anarchisme à imaginer un monde différent, plus juste; un monde organisé sans autorité politique (l'Etat), économique (le capital), ou morale (la religion). Pour les libertaires, l'anarchie n'est pas désordre puisqu'elle propose d'organiser la société différemment.
Les deux premiers grands théoriciens de l'anarchisme sont Pierre-Joseph Proudhon et Mikhaïl Bakounine. Le premier défend avec ténacité les concepts de mutuellisme et d'autogestion, basés sur une réciprocité désintéressée et la solidarité. Il défend également le fédéralisme, un mode d'organisation sociale qui a pour but d'accroître l'entraide entre des individus et des groupes d'individus tout en préservant leur autonomie, sans passer par un pouvoir étatique. Pour Bakounine, les moyens de production (terre, instruments de travail) doivent devenir propriété collective de la société, laquelle doit s'organiser sur la base d'un accord librement consenti par tous et non sous les ordres d'une puissance supérieure. En cela, il s'oppose aux théories de Marx. Alors que les idées anarchistes apparaissent dans les statuts de la Ière Internationale (Association internationale des travailleurs) en 1864, la rupture avec les socialistes intervient en 1872, lors du congrès de La Haye, tandis que les objectifs et les méthodes de l'anarchie sont précisées cette même année au congrès de saint-Imier, dans le Jura suisse, un des principaux foyers de l'anarchie. 

Légende : « Ceux qui vivent de la mine. Ceux qui en crèvent. » By Unknown - Le Père Peinard, in Le Péril anarchiste, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15558769
Plusieurs médias contribuent alors à la diffusion des idées anarchistes. Ainsi, une presse dynamique se développe, apportant une cohésion à la cause en tenant les compagnons informés des débats sur la théorie et la tactique. En 1892, on ne compte pas moins de 16 journaux anarchistes publiés en France.
- La Révolte de Jean Grave a un contenu intellectuel et relativement modéré.
- Hebdomadaire intellectuel, littéraire et artistique, l'en-dehors de Zo d'Axa cherche à convertir par l'ironie et le sarcasme.
- Le Père Peinard d’Émile Pouget tire son nom d'un cordonnier imaginaire au franc parler irrésistible. Grossier et antireligieux, Pouget utilise l'argot familier du petit peuple pour fustiger les "cléricochons" (prêtres), "les troubades" (soldats), "la républicanaille" (républicains) et les "bouffe-galette" (députés).
Les groupes anarchistes pullulent dans les quartiers populaires parisiens tels que Montmartre. Ils y partagent la butte avec les peintres, les écrivains, les artistes d'avant-garde dont certains partagent les idées libertaires (Paul Signac, Henri Toulouse-Lautrec, Camille Pissarro pour les seuls peintres).
Pour un grand nombre de militants, l'éducation du peuple reste l'enjeu capital pour parvenir à l'instauration d'une société anarchiste. Des écoles libertaires pour les plus jeunes, des "universités populaires" pour les adultes voient alors le jour. Or, "parmi les outils propagandistes utilisés par les compagnons pour mener à bien cette œuvre d'éducation du peuple ou de l'esprit des individus, la chanson occupe une place de choix."


 * La chanson anarchiste pour "décrasser les boyaux de la tête".
Selon Gaetano Manfredonia, l'importance accordée à la propagande chansonnière est immense. Aux yeux des théoriciens de l'anarchisme, les chansons ont de grandes vertus. Accessibles, elles permettent d'atteindre aisément les couches les plus défavorisées de la population. Elisée Reclus, qui cherche à "atteindre les paysans" par la chanson, affirme: "Ils aiment la chanson, ils la comprennent, ils s'en pénètrent... et se fichent des brochures didactiques." Il s'agit en outre d'un moyen d'expression dont le mode de production est en prise directe avec les aspirations populaires. Au cours des années 1880 et 1890 en effet, les auteurs de ces chansons sont souvent de simples militants qui s'adonnent à la composition sans pour autant en tirer un profit matériel quelconque. Ces très nombreuses chansons  accompagnent la plupart des manifestations publiques et privées des compagnons. 

La chanson telle que la conçoivent les libertaires vise à former les esprits, à "décrasser les boyaux de la tête" comme l'exprime Le Père Peinard. Ces productions constituent autant de prétextes pour vulgariser les rudiments de la doctrine ou des idéaux libertaires. Les grandes vertus éducatives attribuées à la chanson expliquent la place de choix que lui réserve les anarchistes dans leurs tentatives d'éducations libertaires. (1)

Aux yeux de nombreux anarchistes, la chanson est avant tout un art engagé et partisan. Pour le syndicaliste révolutionnaire Fernand Pelloutier, une chanson ne saurait être envisagée comme une production neutre ou purement individuelle. La chanson doit s'inscrire dans un but de propagande.  "Poètes et musiciens, lancez les strophes vibrantes qui éveilleront dans l'âme des humbles l'impatience de leur servage, et, aux heures trop fréquentes du découragement, renouvelleront l'ardeur des forts." Contre la société bourgeoise, Pelloutier exhorte les chansonniers libertaires à mener un véritable combat culturel afin d'éradiquer les chansons chauvines ou licencieuses, mais aussi le music hall et les "café-concert". (2)
Les chansons permettent encore de désigner les adversaires, de dénoncer "les maux provoqués par le capital, le militarisme, la politique et la religion pour exhorter tous les exploités à la révolte.
Enfin, le répertoire des chansons anarchistes s'étoffe et se diversifie au fil des événements, en particulier au cours de la vague d'attentats perpétrés en France de 1892 à 1894.
 
* La propagande par le fait.
La terrible répression de la Commune, en mai 1871, a décapité pour une décennie le mouvement anarchiste. Ceux qui échappent à l'exécution ou au bagne, optent pour l'exil, en Suisse notamment. L'intensité et la cruauté de la répression menée par le pouvoir "bourgeois" radicalisent les positions des jeunes libertaires dont certains renoncent à l'action collective, ainsi qu'à la propagande orale et écrite, jugées inefficaces. Certains optent pour la mise en œuvre d'actions violentes, envisagées comme des moyens de propagande plus "efficaces". Il convient désormais de "frapper par la terreur l'imagination des foules". On parle de "propagande par le fait". Dans un article paru en 1880 dans Le Révolté, Pierre Kropotkine considère que "notre action doit être la révolte permanente par la parole, par l'écrit, par le poignard, le fusil, la dynamite ( ... ) Tout est bon pour nous qui n'est pas la légalité.
Pour certains, le passage à l'acte contribue à la sanctification, élève au rang de martyre. C'est le cas de du nihiliste russe Sergueï Netchaïev dont l'organisation terroriste La Volonté du peuple organise des assassinats de responsables politiques. 

Le Capital et le Travail, caricature anarchiste extraite du Père Peinard, et citée dans Le Péril anarchiste (Félix Dubois). See page for author [Public domain], via Wikimedia Commons
 
Le congrès international du 14 juillet 1881, réuni à Londres, reconnaît officiellement cette nouvelle stratégie. " En sortant du terrain légal, sur lequel on est généralement resté jusqu'aujourd'hui, pour porter notre action sur le terrain de l'illégalité qui est la seule voie menant à la Révolution, - il est nécessaire d'avoir recours à des moyens qui soient en conformité avec ce but. [...] Les sciences techniques et chimiques ayant déjà rendu des services à la cause révolutionnaire et étant appelées à en rendre encore de plus grands à l'avenir, le Congrès recommande aux organisations et individus faisant partie de l'Association Internationale des Travailleurs, de donner un grand poids à l'étude et aux applications de ces sciences comme moyen de défense et d'attaque.
Les principaux théoriciens et la majorité des militants anarchistes n'approuvent pourtant guère cette violence. Pour Jean Grave, Sébastien Faure ou Émile Pouget, c'est l'éducation des masses, la propagande pacifique et la pédagogie qui doivent assurer le triomphe des idées libertaires. (3)
 



* Dynamite.
La propagande par le fait s'inscrit dans le contexte de la seconde révolution industrielle.  L'invention d'explosifs permet désormais de commettre facilement des attentats meurtriers. C'est particulièrement le cas de la dynamite dont le chimiste Alfred Nobel dépose le brevet en 1867. Le nouveau produit trouve immédiatement un marché dans l'armée, les mines, la construction, l'industrie en général. Le potentiel destructeur de la dynamite n'échappe pas aux anarchistes dont certains se font les apôtres à l'instar du relieur allemand Johann Most. A partir des années 1880, la plupart des journaux anarchistes consacrent d'ailleurs des rubriques spéciales aux techniques de fabrication d'explosifs (dans Le Révoltéla RévolteL'en-dehorsLe Père Peinard). 
Plusieurs chansons anarchistes composées à l'époque vantent également les mérites des bombes en général et de la dynamite en particulier ("Dame Dynamite", la "polka dynamite"). En 1893, le compagnon Martenot envoie La Dynamite, une chanson explosive au journal L'Insurgé qui n'ose la publier...

Il est un produit merveilleux / expérimenté par la science. / Et qui pour nous les miséreux / fera naître l'indépendance. / Tant mieux s'il éclate parfois / en faisant beaucoup de victimes. / Chez nos ennemis les bourgeois / cela nous venge de leurs crimes. 
Placer une marmite / bourrée de dynamite. / Quelque soit la maison / en faisant explosion / la nouvelle ira vite. / Pour inspirer la terreur, / il n'y a rien de meilleur / que la dynamite.

Défendue par des intellectuels tels que Kropotkine, Louise Michel ou Paul Brousse, la propagande par le fait convainc également de jeunes déclassés venus de milieux très défavorisés. (4)

 * "Salut à toi le Ravachol.
Ravachol, de son vrai nom Francis Claudius Koenigstein, est très tôt confronté à la misère. Ouvrier teinturier dans la région stéphanoise, il doit subvenir avec son maigre salaire aux besoins de sa famille. Révolté par les injustices sociales, il est renvoyé pour fait de grève à plusieurs reprises. Ses idées subversives le conduisent naturellement vers l'anarchie dont il devient un militant convaincu. Cet engagement se double toutefois d'actions criminelles sans lien avec l'anarchie. La police est sur ses traces ce qui l'oblige à se cacher et se déplacer constamment. A Barcelone, il apprend à fabriquer des bombes. De retour à Paris, il entend faire parler la poudre au nom de la cause anarchiste, en s'en prenant aux symboles de la répression de l’État qui bat alors son plein.
Échauffourées de Clichy (1891). Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1077065
Le 1er mai 1891, 9 manifestants sont abattus par la troupe à Fourmies, une ville lainière du Nord de la France. Le même jour, à Clichy, trois ouvriers anarchistes accusés abusivement d'avoir tiré sur la police sont arrêtés et malmenés. En août, ils passent au jugement sous l'accusation de violence sur "des agents de la force publique". Deux des trois hommes subissent de lourdes condamnations (3 et 5 ans de prison). 
Ces deux évènements mobilisent dans les milieux anarchistes. ils scandalisent Ravachol  qui entreprend dès lors de venger les "martyrs" de Clichy. Aidé d'un complice, le 11 mars 1892, il place une charge explosive au 136 boulevard saint-Germain, dans l'immeuble du juge Benoît, qui a présidé le procès des trois de Clichy.  Le 27 mars, il fait subir le même sort à celui du procureur général Bulot, qui avait requis la peine de morts. Peu de temps après, dans un restaurant appelé Le Véry, il se confie au serveur Lhérot qu'il pense acquis à la cause anarchiste. Dénoncé, Ravachol est finalement arrêté. Juste avant l'ouverture de son procès, le 25 avril 1892, une bombe fait sauter Le Véry. L'explosion tue deux hommes dont le patron, monsieur Véry. Pour le Père Peinard, c'est l'heure de la "Véryfication"... 
Lors des débats, le procureur Bulot lance à l'accusé: "Vous n'êtes qu'un chevalier de la dynamite", ce que Ravachol prend pour un compliment. Condamné aux travaux forcés pour ses attentats, il écope à l'issue d'un autre procès de la peine capitale pour deux assassinats commis auparavant. 

 
 

Le 11 juillet 1892, Ravachol est exécuté. Avant de perdre la tête, il crie "Vive la Ré...", mais le couperet l'empêche de terminer. Quelques minutes auparavant, sur le chemin de la guillotine, Ravachol avait entonné la chanson de père Duchesne (également appelée L'bon Dieu dans la merde). (5) Clairement blasphématoire ("nom de Dieu" est répété 37 fois), violente, la chanson dénonce pêle-mêle les illusions de la religion, l'exploitation de la misère, les profiteurs et les institutions en général. Quant aux ennemis de la classe ouvrière, ils doivent être châtiés sans mollesse: "Si tu veux être heureux Nom de Dieu / pends ton propriétaire... / coupe les curés en deux Nom de Dieu". 

Ravachol symbolique, caricature anarchiste extraite du Père Peinard, et citée dans Le Péril anarchiste (Félix Dubois). [By Charles Maurin (Le Père Peinard, in Le Péril anarchiste) [Public domain], via Wikimedia Commons]
La mort de Ravachol l'élève au rang de martyr. Dans son Éloge à Ravachol, Paul Adam prévient: "Le meurtre de Ravachol ouvrira une ère nouvelle." Pour le critique anarchiste, Ravachol est un "rédempteur" dont le sacrifice et les souffrances rappellent ceux de Jésus-Christ. Une gravure sur bois de Charles Maurin (voir ci-dessus) le présente "comme un martyr, son visage défait et héroïque pris dans la lunette de la guillotine." [John Merriman p89]

A son tour, Koenigstein inspire des chansons, notamment la Ravachole, dont les paroles sont écrites par Sébastien Faure.  Publiée pour la première fois dans L'Almanach du Père Peinard (1894), elle se chante sur l'air de la Carmagnole et du ça ira. " Dansons la Ravachole, / Vive le son, vive le son, / Dansons la Ravachole, / Vive le son / D’l’explosion ! / Ah, ça ira, ça ira, ça ira, / Tous les bourgeois goût’ront d’la bombe, / Ah, ça ira, ça ira, ça ira, / Tous les bourgeois on les saut’ra.. / On les saut’ra !"



La couverture médiatique abondante de l'événement popularise la "propagande par le fait", tout en terrifiant. "C'est alors qu'émerge  l'image de l'anarchiste vêtu de sombre, insaisissable, tapi dans l'ombre, une bombe sous le manteau (...)." (Merriman p89) Les attentats spectaculaires de Ravachol provoquent une véritable psychose. La succession des explosions ou agressions attribuées aux anarchistes laisse imaginer un vaste complot organisé. Aussi, une intense répression s'abat sur les anarchistes, qu'ils soient ou non adeptes de la propagande par le fait. Les autorités s'emploient dès lors à infiltrer les milieux libertaires à l'aide d'agents secrets et d'informateurs rétribués. La police multiplie les perquisitions et arrestations, expulse les étrangers soupçonnés d'anarchisme, tout en incitant les employeurs à licencier les ouvriers suspects. La "psychose de la dynamite" semble justifier la violation des droits individuels.
Arrestation de Ravachol à la une du Petit Journal - Bibliothèque nationale de France, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15760071
 L'accusé avait prévenu ses juges de Montbrison : "J'ai fait le sacrifice de ma personne. Si je lutte encore, c'est pour l'idée anarchiste. Que je sois condamné m'importe peu. Je sais que je serai vengé." Sa prédiction se vérifie très vite. L'affaire Ravachol inaugure le cycle sanglant des attentats et de la répression qui s'abattent sur la France pour deux longues années.
  

                                                     A suivre

Notes:
1. Au sein de La Ruche, le théoricien de l'anarchisme Sébastien Faure dirige la chorale.

Passionné de musique et de chant, il est l'auteur et interprète de plusieurs compositions très appréciées des libertaires.  
2. Les libertaires  luttent contrent l'annexion progressive de la chanson politique et sociale par la sphère marchande. Après 1900, les chansonniers professionnels "engagés" supplantent les militants-compositeurs amateurs. Ce faisant, la chanson anarchiste cesse "d'être une chanson écrite par des militants pour des militants pour devenir une chanson écrite par des professionnels pour des militants, réduits au rand de public payant." (cf Gaetano Manfredonia)
3. En octobre 1879, au Congrès de la Chaux-de-Fonds, la question du futur mode d'action des anarchistes divise et donne lieu à d'âpres discussions.  Certains envisagent le recours à la violence, tandis que les autres affirment la nécessité de se rapprocher des syndicats ouvriers. 4. Exemples: Livré à lui-même dès sa plus tendre enfance, Ravachol exerce de nombreux petits métiers pour subvenir aux besoins de sa famille. Petit délinquant, il reçoit bientôt une formation auprès d'intellectuels libertaires dans un centre d'études sociales. 
La lecture des ouvrages des penseurs libertaires et des journaux anarchistes jouent un rôle comparable pour Jules Bonnot.

5. Organe de presse des hébertistes sous la Révolution française, le journal du Père Duchesne est ressuscité pendant la Révolution de 1848 ou lors de la Commune de Paris.

 * Sources: 
- John Merriman: " Dynamite Club. L’invention du terrorisme à Paris", Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle Lyasse, Tallandier, 255 pp.
- Jean Maitron: "Ravachol et les anarchistes", Gallimard, Folio histoire, 1992.
- Jean Garrigues: "Anars: la décennie terroriste", in Les collections de l'Histoire n°27: les grandes batailles de la gauche.

- Gaetano Manfredonia, « La chanson anarchiste dans la France de la belle époque.Éduquer pour révolter », Revue Française d'Histoire des Idées Politiques 2007/2 (n°26), p. 101-121.
- Concordance des temps: "La Troisième République et la violence anarchiste: libertés ou sécurité?", avec Jean Garrigues. [podcast]

  * Liens: 
- "Les enragés de la dynamite."
- Rebellyon.info: "1892: exécution de Ravachol à Montbrison" / "24 juin 1894 à Lyon: Caserio poignarde Sadi Carnot"
- Deux disques essentiels: "chansons anarchistes" par les Quatre barbus et "pour en finir avec le travail" sur le site vrérévolution.